RETROUVAILLES UN  VENDREDI SOIR

RETROUVAILLES UN  VENDREDI SOIR

 

1ère mi-temps

Ca y est enfin nous revoilà au stade, après deux saisons sans rugby. Deux ans pendant lesquels certains se retrouvaient devant une télévision éteinte le dimanche à 15h (eh oui  comme dans la chanson) a imaginer un stade toulousain / Bordeaux Bègles devant des tribunes bondées (soupir) et rêver d’une interview de Lucu (joueur de Bordeaux)par Lafesse !

Mais tout ça c’est fini, une nouvelle saison commence.

Les joueurs sont sur le pré, prêts pour le coup d’envoi. Qu’ils sont beaux, vu de loin on dirait des vrais.

C’est parti après 2 ans d’inactivité, le coup d’envoi est donné, les Gallinous réceptionnent le ballon, et ça démarre à 100 à l’heure, non c’est pour rire. Mais ça va presque vite quand même.

Légobi attaque, quelques regroupements deux attaques de 3/4, une percée et voilà un essai.

1- 0, tout va bien, les Gonin’s boys engagent les Gallinous relancent ça joue, ça reverse, les avants arrivent , oui enfin presque tous,, puis de nouveau les 3/4, et puis essai.

Le jeu reprend, les adversaires se réveillent et marquent avant la mi-temps, 2-1 pour les Gallinous.

 

 

Deuxième mi-temps

Coup d’envoi, les joueurs s’élancent, ça grince, ça couille, ça craque comme un vieux navire, mais ils sont en route, les derniers arriveront dans la soirée.

Les Gonins boys attaquent et marquent, 2-2. Bon d’accord, ça va encore.

Mais voilà qu’ils y prennent gout ces types, ils remarquent 5 minutes après, 3-2 pour eux.

Et là les ennuis commencent les blessures arrivent en cascade, eh oui 2 ans sans danette, sans les grillades de mister freeze, et le verre de l’amitié ça vous ramolli un type, même un Gallinous.

Les adversaires en profitent pour marquer 4-2.

 

Troisième mi-temps

Là tout va mal, le bateau prend l’eau. Les Gallinous pour réagir à l’avalanche de blessés, adoptent la défense, dite du plaquage élastique qui consiste à attraper  l’adversaire et le relâcher en se laissant tomber au sol en le regardant partir.

4-2 pour les Gonin’s boys, puis 5-2 aÏe aïe, mais les Gallinous se réveillent et se lancent dans la bataille, le « Boucher » et le « Jockey » (rentré en cours de match) se trouvent, « Mimi » et le « Vérin » secouent le cocotier. Mais trop tard.

Un dernier sursaut d’orgueil, un plaquage dévastateur de la « Buse » qui se plaque haut tout seul et se blesse, mais l’arbitre n’a rien vu, ouf sinon… S‘en suit un regroupement âppremment disputé, où ça bataille dur, on s’engage sans retenu des deux cotés.

Les chocs sont terrrribles, un impact de 6 sur l’échelle du peintre de la mairie, l’arbitre siffle la fin de la rencontre et le regroupement se relève. On voit alors au sol les vestiges du combat :

2 dentiers, 1 déambulateur, une prothèse de hanche et un Pace Maker presque neuf.

 

C’est beau le rugby en vétérans, bon on a perdu. A noter tout de même deux éclairs dans la nuit : le premier de Cazou, un nouveau type de lancer en touche, que l’on peut qualifier de lancer du croupier de casino,(j’explique : il faut viser la tête du premier joueur de l’alignement si possible sans qu’il le sache, le ballon rebondi dessus et puis après chacun se débrouille, impossible à contrer !)

 

Le deuxième éclair vient de l’ami Mimi, (non je ne suis pas bègue), pour un coup de pied phénoménal digne de détrôner  Jo le mécano (détenteur du trophée du coup de pied le plus moche) Jo il faudra que tu remettes le trophée vendredi.

 

Messieurs, quand à départager les deux candidats pour le CAGOLIN, je m’en remet à votre vote.

Votez messieurs et madame, délibération vendredi.

 

A Dredi les Gallinous et ne soyez pas en retard.

Signé OVALIX

 

PS : 2 photos pour illustrer la soirée et toutes nos pensées pour le nouveau membre du club des acromions de début de saison

                                                                              


Nous utilisons des cookies afin de vous offrir une meilleure expérience de navigation. Vous pouvez consulter leur utilisation en cliquant sur En savoir plus
En savoir plus